L’église

un joyau de la commune QUI mérite d’être découvert.

Construite dans un style gothique-bourguignon à l’initiative de Jean Moisson (famille de marchands et d’officiers du roi), ancêtre de la famille du comte de Vogüé, sa construction a débuté en 1500 et s’est terminée en 1506.

Près de la porte latérale, on découvre une tombe recouverte de buis rappelant la présence de l’ancien cimetière, situé alors autour de l’église. En levant la tête, on aperçoit le  splendide cadran solaire dont l’installation remonte à 1855. Le clocher, de style comtois (dôme à l’impériale), reste une interrogation architecturale pour la région. Il recouvre une tour carrée et protège la cloche de bronze, classée datant de 1556.

L’entrée est située sous un fronton classique. L’église comprend un magnifique chœur à chevet plat de style flamboyant voûté d’ogives. Ce chœur (classé depuis 1896) est orné de peintures murales monumentales dont certaines ont été peintes dans la première moitié du XVIe siècle, en particulier les litanies de la Vierge.

Les peintures les plus anciennes datent de 1539 : plus de 70 m² de personnages bibliques traités en trompe-l’œil. En 1899, Louis Joseph Yperman (restaurateur des Monuments historiques) les restaure et en 1901, il conçoit des décors de son cru dans le transept et représente dans des scènes religieuses des paysages et des enfants du village peints en anges.

Il faut également souligner la beauté des vitraux dont certains datent du XVI e siècle.

Le cadran solaire

Il se situe sur une des façades de l’Eglise. Il est daté MDCCCLV (1885) et on retrouve les monogrammes du Christ IHS et de la Vierge MA (lettres entrelacées). La devise : « Le temps passe … las, nous passons. »