résumé historique

L’histoire du village commence dès l’âge de fer par le camp préhistorique du « Grognot », un mont isolé dans l’éperon rocheux qui domine le site de la combe AMBIN.

La commune en tant que telle voit le jour au 18ème siècle.

Si le village ne borde pas de rivière, il cache néanmoins un torrent souterrain, le Grône, qui sort de la Combe, avec, quelquefois, des résurgences violentes.

Son nom fait référence à l’aspect bouillonnant du Grône, après les pluies d’orages, qui inspire la dénomination « Campus Ebulliens » ou « Champ Bouillant » rendant officielle la nomination de Chambolle-Musigny par le décret du 15 avril 1878.

Son blason actuel évoque notamment Sainte Barbe, patronne du village et des pompiers.

Le 20ème siècle et le début du 21ème assoient la reconnaissance officielle de la richesse tant viticole que patrimoniale du village.

L’histoire du village

Le Mont du Grognot surplombant la chapelle

L’histoire du village commence dès l’âge de fer par le camp préhistorique du « Grognot », un mont isolé dans l’éperon rocheux qui domine le site de la combe AMBIN et dont le nom est le diminutif de « groin”.

Elle se poursuit par la création d’une léproserie en 1275 au bien nommé lieu-dit « Les Maladières » à l’époque des premières croisades. Plusieurs vestiges témoignent d’ailleurs de cette présence, comme la belle pierre sculptée du visage d’un malade encore visible de nos jours dans la rue des Champs.

Puis se réalisent les bases d’une agglomération formant un hameau rattaché à l’abbaye de Cîteaux jusqu’à la fin du 15ème siècle.

C’est à partir du 16ème siècle seulement que la paroisse devient autonome. Un acte du 9 août 1500 accorde enfin aux paroissiens l’édification d’une église, construite grâce au généreux concours de la famille Moisson.

A la paroisse, succède très logiquement la commune au 18ème siècle.

Vue aérienne de l’église Sainte Barbe et Saint Sébastien, vers 1940

L’eau

Stèle située rue de Vergy rappelant l’une de plus importantes résurgences du Grône provoquée par un violent orage

 

Si le village ne borde pas de rivière, il cache néanmoins un torrent souterrain, le Grône, qui sort de la Combe, avec, quelquefois, des résurgences et éruptions si violentes qu’elles restent de sinistre mémoire, comme en 1744 et 1803.

Il a ensuite été canalisé et couvert de grosses dalles en pierre au cours du 19e siècle sur toute la traversée du village. Ces aménagements n’ont toutefois pas été suffisants dans les années 1900, 1979 et 1983.

Les racines du nom de la commune

Son nom fait notamment référence à l’aspect bouillonnant du Grône, après les pluies d’orages, qui inspire la dénomination « Campus Ebulliens » ou « Champ Bouillant ».

La dénomination Chambolle-Musigny fût rendue officielle par le décret du 15 avril 1878.

Le nom de la commune dérive de CAMBO (idée de courbe) et d’un mot patois, la « chambe » (la jambe), dès l’époque gauloise.

L’aspect bouillonnant, après les pluies d’orages, du ruisseau le Grône lui apporte un qualificatif supplémentaire, et apparaît alors la dénomination « Campus Ebulliens » ou « Champ Bouillant ».

Il devient « Cambola » dans le cartulaire de l’abbaye de Cîteaux, puis « Chambola » dans celui de l’abbaye de Labussière sur Ouche au 12ème siècle.

Il se métamorphose pour devenir Chambolle. Vient ensuite s’y accoler le nom de « Musigny », le plus célèbre cru de son terroir porté jadis par une famille seigneuriale de la région d’Arnay le Duc. Cette dénomination est rendue officielle par le décret du 15 avril 1878.

Le blason de la commune

Le blason actuel évoque notamment Sainte Barbe, patronne du village et des pompiers.

La version actuelle a été approuvé lors du Conseil Municipal du 27 février 1990. Sa description héraldique est la suivante : « De sinople vert à trois bandes ondées d’argent, à une tour de gueules (rouge) ouverte et maçonnée d’or brochant sur le tout ». On y retrouve :

  • L’univers coloriel des armes de la famille Moisson (16ème siècle), qui fit exécuter les peintures de l’église : Le fond vert et les 3 bandes argent, ainsi que le rouge et l’or.
  • Une tour en pierre rouge sur fond vert rayé d’argent. Cette tour, ornée de 3 fenêtres, représente la geôle dans laquelle fut emprisonnée Sainte Barbe, la sainte patronne du village. Le père de Sainte Barbe voulant marier sa fille, celle-ci refusa étant convertie à la religion catholique et préféra mourir martyre plutôt que de renier sa foi. Les 3 fenêtres de la tour représentent la Sainte Trinité. Sainte Barbe est la patronne des pompiers, des mineurs, des artificiers, des artilleurs ; elle est fêtée le 4 Décembre.

Le 20ème siècle

Le 20ème siècle et le début du 21ème assoient la reconnaissance officielle de la richesse tant viticole que patrimoniale du village.

L’influence viticole

Dès le 13ème siècle, la plupart Les habitants de Chambolle, vivaient du travail de la vigne, soit dans les vignes du village, soit en aidant les moines du Clos de Vougeot.

La reconnaissance de l’Appellation d’Origine Contrôlée en 1936 dynamise encore plus cette activité avec des domaines comme la maison Charles Rasse ou Stévignon.

Chambolle-Musigny a eu l’honneur de recevoir la première Saint-Vincent Tournante au mois de Janvier 1938, ensuite en 1954, 1979 et en 2003.

2015 marque un nouveau tournant avec le classement des climats du vignoble de Bourgogne, dont ceux de Chambolle, au patrimoine mondial de l’Unesco.

La Combe

La vigne n’est pas le seul élément naturel classé à Chambolle. La combe l’a été dès 1934. S’en est suivie un grand chantier de transformation du chemin en route pour faciliter l’accès.

Une importante part des espaces forestiers a également été intégrée au réseau européen Natura 2000 en 1992.